Bien tenir son crayon

Bien tenir son crayon, ça s’apprend.

Voici un petit jeu à ritualiser afin d’aider nos enfants, nos élèves à placer correctement leurs doigts, à bien tenir leur crayon.

En pdf:

Lorsque les doigts sont bien placés on peut ensuite poser le crayon et mobiliser les doigts:

On peut aussi proposer des exercices afin d’apprendre à bouger les doigts grâce à l’opération Bouge tes doigts.

voir aussi:
La formation des lettres cursives
Quels cahiers? Quel lignage?
Quel crayon? Quel stylo ?

Et si c’était dû à des réflexes non intégrés?

« Tiens-toi correctement ! », « Comment tiens-tu ton stylo? », « Arrête de gigoter! »,  « Quelle maladresse!! », « Il a mal quand il écrit », « Elle arrive à s’appliquer mais avec beaucoup d’efforts et pas longtemps »…

Capture d’écran 2019-12-13 à 21.43.46.png

Et si c’était dû à des réflexes non intégrés?

Les réflexes primitifs non intégrés ont un impact sur la sphère cognitive ( apprentissage, mémoire, concentration), la sphère émotionnelle (confiance en soi, stress, bien-être) et la sphère corporelle (posture, motricité, détente).

Qu’est-ce qu’un réflexe archaïque?

Un réflexe est une réaction involontaire, inconsciente du système nerveux en réponse à une stimulation sensorielle.

Chaque réflexe émerge in utero, au moment de la naissance ou pendant la première année de vie.

Bébé expérimente différents mouvements, fait maturer les réflexes dans son système nerveux.

Lorsque bébé a acquis une motricité libérée de tous mouvements réflexes involontaires, on peut dire que ses réflexes sont « intégrés ».

Comment savoir si votre enfant a intégré ses réflexes?

Votre enfant rencontre-t-il des difficultés dans ses apprentissages ?

A-t-il du mal à tenir correctement assis? Met-il un pied sous ses fesses? Enroule-t-il les pieds autour des pieds de la chaise?

Tient-il sa tête quand il écrit ou se couche-t-il sur la table?

A-t-il du mal à supporter les étiquettes des vêtements?…

Une réponse positive à une de ces questions peut présager de la présence d’au moins un réflexe non intégré.

Un réflexe a plusieurs degré de maturation: il peut s’exprimer légèrement ou complètement.

Un enfant ayant des réflexes non intégrés est fatigable, il n’a pas la maitrise de son corps.

Mais pourquoi l’intégration de ces réflexes ne s’est-elle pas faite?

Il existe plusieurs facteurs:

Durant la grossesse : état de santé de la maman, situation de stress…

Au moment de la naissance: accouchement prématuré, déclenché, trop long…

Pendant la première année: parc, trotteur, transat, habits inadaptés, manque de stimulations, d’interactions…

Il est difficile d’en trouver la raison et je dirais inutile car souvent culpabilisant pour les parents.

Capture d’écran 2019-12-13 à 21.46.54.png

Que peut-on faire pour l’aider?

On peut intégrer un réflexe passées les premières années de vie à l’aide de différents mouvements.

Au cabinet, je teste et j’accompagne les élèves présentant des réflexes non-intégrés impactant l’apprentissage de l’écriture pour trouver un confort dans la posture, la tenue du crayon, la concentration…

En savoir plus:

arc en flex

réflexes.org

 

Capture d’écran 2019-12-13 à 21.46.54.png

La rééducation en écriture

Rééduquer son écriture c’est possible, il n’y a pas d’âge!

 Pour qui?

La rééducation s’adresse aux enfants, aux adolescents, aux étudiants préparant un examen et aux adultes rencontrant des difficultés d’écriture.

Aux enfants et aux adolescents:

– 
qui ont mal en écrivant (doigts, poignet, bras…)
– qui ne finissent jamais leur travail à temps malgré leurs efforts, qui restent en récréation pour finir un exercice ou de copier une leçon une poésie…
– qui ont des remarques fréquentes des enseignants: illisible! le SOIN !!!, travaille plus vite ! …
– qui n’ont pas la totalité du cours en sortant du collège ou du lycée.
– qui peinent à apprendre à écrire: (dyspraxie, dysorthographie, dyslexie, précocité…)
– pour qui écrire est une souffrance.

Aux étudiants et aux adultes:

– qui ont un examen ou un concours et qui ont peur d’être pénalisés par leur écriture.
– qui ont besoin d’écrire des textes longs et qui ressentent des douleurs dans la main, le poignet, voire l’épaule.
– qui souhaitent améliorer leur écriture pour donner une meilleure image de soi-même.

Dans quel cas rééduquer?

Parce qu’il ne suffit pas de dire: applique-toi !
La rééducation de l’écriture a pour but de traiter la dysgraphie et de corriger les troubles de l’écriture : douleurs, problèmes de lisibilité, de lenteur.
Elle permet d’acquérir une écriture fluide, lisible et sans douleur.

Combien ça coûte?

Chaque séance coûte 60 euros et dure de 40 à 60 mn.

La sécurité sociale ne rembourse pas la rééducation en écriture.

Le bilan est réalisé lors de la première séance et n’est pas facturé en plus. Il n’est pas rédigé par écrit.

Le règlement s’effectue par chèque ou en espèces à la fin de chaque cours.

ATTENTION : TOUT COURS NON DÉCOMMANDÉ 48 HEURES À L’AVANCE RESTE DÛ.

Comment se passe une rééducation?

Vous souhaitez vous engager dans une rééducation de votre écriture ou y engager votre enfant, mais comment se passe une rééducation?

Se rééduquer c’est s’engager sur un travail de 10 à 15 minutes tous les jours!

Pour les enfants, la présence d’un accompagnateur est indispensable: il devra assister à chaque séance pour pouvoir guider l’enfant à la maison.
La rééducation d’un enfant demande son implication et celle de ses parents!

La première séance:

Cette séance est avant tout une prise de contact avec votre enfant ou vous même. Elle permet d’observer et de retracer le parcours de chacun afin d’identifier les besoins et de commencer les premiers exercices.

Pensez à apporter vos écrits ou ceux de vos enfants: cahiers, copies, lettres, prises de notes etc…

Une deuxième séance est programmée 7 à 10 jours après.

Et ensuite:

A chaque séance il est demandé de rapporter le travail effectué à la maison ainsi que des écrits récents. En fonction de l’avancée et des progrès réalisés une nouvelle série d’exercices sera proposée.

Il est indispensable d’être régulier dans le travail demandé pour que la rééducation porte ses fruits!

Les séances sont espacées de 3 à 4 semaines

La fin de rééducation:

Tout comme la première, cette séance est particulière: en effet, nous retracerons le parcours effectué en observant les avant/ après des travaux. Nous échangerons sur ce qui est encore fragile et ce qui fait la réussite de la rééducation.

Capture d_écran 2017-10-31 à 11.50.40